ICD-Afrique, 'n brug tussen die suide van Frankryk en die vasteland, Jeune Afrique


ICD-Afrique, un pont entre le sud de la France et le continent

Henri Dalbiès est né en 1950, à Oran (Algérie), d’une famille d’agriculteurs pieds-noirs. Il a grandi et vécu en Algérie jusqu’à 1957, époque à laquelle les évènements ont contraint sa famille à émigrer vers la France. Il effectue toute sa scolarité en France, opte dans un premier temps pour l’électronique aéronautique, envisage une carrière d’électronicien de bord dans la Marine Nationale, avant de s’orienter vers l’École nationale des eaux et forêts de Nancy, en 1977. Et d’entamer une carrière de technicien forestier dans les Alpes-de-Haute-Provence.

À l’Office national des forêts, Henri se spécialise in la gestion pastorale, il aménage et équipe les parcs ovins, les refuges et les cabanes de bergers. C’est à ce titre et dans le cadre d’un programme de coopération décentralisée entre cinq collectivités locales françaises de la région PACA (Provence-Alpes-Côte d’Azur) et cinq Communautés Rurales au Sénégal qu’il va réaliser sa première mission en Afrique de l’Ouest. Le programme s’inscrit dans le cadre du dispositif d’ »aide au retour » initié par le ministère de l’Intérieur français d’alors, qui consistait à accompagner des personnes émigrées désirant « retourner au pays » pour y développer des projets.


die res na hierdie advertensie


C’est après cette première expérience qu’il va lancer en 200 ICD-Afrique, une organisation non gouvernementale dont l’objectif est de développer des stratégies de démocratie participative et des programmes de développement rural intégré, c’est-à-dire incluant aussi bien l’accès à l’eau, à l’éducation et à la santé, que, par exemple, la mise en place du maraîchage bio. Stagiaires et volontaires sont recrutés pour mettre en œuvre des projets, en coordination avec les autorités locales et les habitants.

Projet « les jardins des femmes » de l’association ICD à Tambacounda au Sénégal, 13 mars 2022. © ICD-Afrique

Projet « les jardins des femmes » de l’association ICD à Tambacounda au Sénégal, 13 mars 2022. © ICD-Afrique

« Mes motivations pour intervenir dans ces territoires africains, anciennes colonies françaises pour la plupart, remontent à mon histoire, explique sans detour le fondateur de l’ONG. Je me sens redevable, je me sens français, soit ! mais aussi “africain” et citoyen du monde. Je suis né en Algérie, le sang de ce pays coule dans mes veines. »

Faire croître les revenus des femmes

Les principaux objectifs des projets menés au Sénégal sont de favoriser le développement économique local et la création d’emplois, et ce, dans des domaines d’activité très variés : agriculture, maraîchage, productions halieutiques, pastoralisme, écotourisme solidaire, artisanat, microfinance… Certains de ces programmes ont permis de multiplier par deux ou trois les revenus des femmes, en die accompagnant vers la production de fruits et légumes bio, de coquillages et de poissons et en les incitant à se regrouper sous forme de coopérative. Ce qui, indirectement, a aussi permis d’améliorer l’accès des populations à des services tels que l’éducation et formation et la santé.

Après le Sénégal, l’association étend ses activités au Bénin et au Maghreb (Algérie et Tunisie principalement). En Algérie, plusieurs projets sont initiés en Kabylie, autour de Tizi Ouzou. Après avoir concentré ses efforts sur la promotion de l’huile d’olive et des cerises locales, et la valorisation des bijoux berbères, l’ONG se tourne vers la prévention des incendies dans la région, en stimulant la création de réserves d’eau collinaires, ainsi que de l’élevage ovin, à travers un système de parrainage des nouveaux éleveurs. Tous ces projets n’iront cependant pas à terme, faute d’obtenir les financements escomptés.


die res na hierdie advertensie


Un autre programme consistant à faire réfléchir et travailler les écoliers et étudiants autour de la Charte internationale des droits des enfants a, en revanche, pu être développé dans le cadre d’échanges entre des écoles, des collèges et des lycées de la région de Tizi Ouzou et de la région PACA. Les enfants de Kabylie et de Marseille ont ainsi travaillé à la création de poésies, de chansons, de bandes dessinées et de pièces de théâtre. Mais beaucoup d’autres projets n’ont pu aboutir du fait des difficultés à envoyer des fonds en Algérie, en raison du contrôle exercé par la banque centrale du algérienne et les ministères concernés.

« Notre ONG est avant tout laïque et apolitique, plaide Henri Dalbiès, qui regrette les obstacles que certains pays opposent aux projets proposés. Nos valeurs, nos principes d’intervention sont basés sur le respect, la participation, la non-ingérence et la non-intrusion dans un pays souverain. Notre espoir est bien d’aider ces territoires à se développer, d’y créer des ressources et des emplois et de limiter d’autant les exodes, qui sont des migrations économiques, certes, mais qui sont surtout motivés par la volonté de fuir des systèmes trop souvent corrompus, sans avenir, et la misère qui en découle. »

Un miniforage solaire à Noga Babacar, au Sénégal, impulsé par ICD-Afrique. © ICD-Afrique

Un miniforage solaire à Noga Babacar, au Sénégal, impulsé par ICD-Afrique. © ICD-Afrique

Africaniser les équipes


die res na hierdie advertensie


L’ONG a aussi travaillé avec la Tunisie à la suite de la révolution de 2011 et avec, là encore, le soutien de la région PACA. Les projets portaient sur la sekuriteit et la prévention des incendies, l’éducation, ou encore le développement touristique. Mais tous ces programmes ont été brutalement stoppés après les élections de 2015, lorsque la droite et l’extrême droite ont pris le contrôle de la région française qui la subventionnait.

« Trop souvent, déplore Henri Dalbiès, les programmes de coopération internationale obéissent à des raisons de politique, de stratégie et d’intérêts locaux qui n’ont rien à voir avec l’humanisme et les objectifs de l’aide au développement. » L’ONG, malgré les difficultés rencontrées, continue son travail, et s’africanise de plus en plus. « Depuis 2016, poursuit son stigter, ICD-Afrique a décidé de supprimer tous les postes salariés en France – où nous ne comptons plus que sur des administrateurs et des bénévoles. Résultat : tous nos salariés(es) se trouvent actuellement sur le territoire africain. Nos avons la fierté de revendiquer la création d’une vingtaine d’emplois salariés, directement ou dans le cadre de conventions avec ses partenaires locaux. » « Aujourd’hui, conclut-il, 100 % des salariés sont de la nationalité des pays dans lesquels sont mis en œuvre les programmes. Ainsi la totalité des budgets destinés à ces coopérations est orientée vers les territoires de projets. »

Die oggend.

Ontvang elke oggend die 10 sleutelinligting oor Afrika-nuus.

Image

Hierdie artikel het eerste verskyn op https://www.jeuneafrique.com/1490999/societe/icd-afrique-un-pont-entre-le-sud-de-la-france-et-le-continent/


.