operasies om die 41 werkers wat onder die rots vasgekeer is te red, gaan voort

operasies om die 41 werkers wat onder die rots vasgekeer is te red, gaan voort

 »
data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js »
>

Les ingénieurs s’efforcent d’enfoncer un large tube d’acier à travers les décombres du tunnel sur une longueur d’au moins 57 mètres de terre et de roches.

Cela fait onze jours que 41 ouvriers indiens sont piégés dans un tunnel de l’État Uttarakhand. Ce mercredi, les sauveteurs ont foré les deux tiers des décombres du tunnel routier effondré samedi 11 novembre dans l’espoir d’atteindre bientôt les ouvriers, ont annoncé des responsables. «Je suis très heureux d’annoncer (…) que 39 mètres de forage ont été achevés», a déclaré Mahmood Ahmad, un responsable du ministère des Routes et des Autoroutes impliqué dans les opérations.

Vasgevang

Les ingénieurs s’efforcent d’enfoncer un large tube d’acier à travers les décombres du tunnel sur une longueur d’au moins 57 mètres de terre et de roches qui séparent de la liberté les ouvriers pris au piège. «S’il n’y a pas de blocage, nous espérons avoir de bonnes nouvelles tard ce soir ou demain», a déclaré M. Ahmad aux journalistes sur place. «C’est une très bonne nouvelle pour nous, car nous avançons à un rythme rapideHy het bygevoeg.

L’entrée du tunnel où sont coincés les mineurs. STRINGER / REUTERS

Il a toutefois prévenu que la section qui reste à forer représentait une phase critique. Le ministre en chef de l’Uttarakhand, Pushkar Singh Dhami, a évoqué mercredi les «progrès positifs réalisés au cours des dernières 24 heures», sans fournir plus de détails. Mais dans un communiqué, le gouvernement a souligné que «les délais fournis sont susceptibles d’être modifiés en raison de problèmes techniques, du terrain difficile de l’Himalaya et d’urgences imprévues".

Créer une voie sûre

Un journaliste de l’AFP présent sur le site mardi a vu des camions apporter jusqu’à l’entrée du tunnel des sections de tubes métalliques de la largeur d’un homme, qui ont ensuite commencé à être soudés ensemble, dans des jets d’étincelles, afin de créer une voie de sortie sûre pour les ouvriers. Des excavatrices ont déjà extrait des tonnes de terre, de béton et de gravats à la suite de l’effondrement du tunnel en construction, le 12 novembre, dans l’État himalayen de l’Uttarakhand.

Des secouristes préparent des rations de riz pour les mineurs coincés. STRINGER / REUTERS

Les efforts de sauvetage ont été compliqués et ralentis par les chutes de débris et des pannes successives de machines de forage cruciales. La semaine dernière, une machine de forage a heurté des rochers et le forage a été suspendu pendant plus de trois jours après qu’un craquement dans le tunnel a été entendu et «semé la panique», selon des responsables.

 »
data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js »
>

Hierdie artikel het eerste verskyn op https://www.lefigaro.fr/international/inde-les-operations-pour-sauver-les-41-ouvriers-emprisonnes-sous-la-roche-se-poursuivent-20231122


.