Indië: 41 werkers wat in Silkyara-tonnel vasgekeer is na 17 dae gered: Nuus

Indië: 41 werkers wat in Silkyara-tonnel vasgekeer is na 17 dae gered: Nuus

Epuisés mais affichant un sourire radieux, les 41 ouvriers sauvés mardi par les secouristes indiens après avoir été piégés pendant 17 jours dans le tunnel effondré de Silkyara ont été accueillis en héros à grand renfort de guirlandes de fleurs par une foule en liesse.

« Salut, mère Inde! », s’est exclamée celle-ci tandis que la nuit tombait, applaudissant à mesure que se répandait la nouvelle de la sortie sains et saufs de tous ces hommes coincés depuis l’effondrement d’une partie de l’ouvrage en construction dans l’Etat himalayen de l’Uttarakhand, le 12 novembre dernier.

Ils ont été extirpés du tunnel après avoir été tirés sur des civières spécialement équipées de roues à travers les 57 mètres d’un tuyau en acier dont la dernière section a été posée dans la journée.

Des ambulances ont dans le même temps quitté l’entrée du site sur lequel, après des revers répétés, des ingénieurs militaires et des mineurs ont travaillé manuellement au perçage de la roche et des décombres pour dégager le tronçon final et atteindre les ouvriers ainsi emprisonnés.

Avant de pouvoir embrasser leurs familles, ces derniers ont été salués par des représentants de l’Etat.

« Je suis totalement soulagé et heureux que 41 ouvriers piégés dans l’effondrement du tunnel de Silkyara aient été secourus », a lancé le ministre des Transports routiers Nitin Gadkari, qui a salué « des efforts bien coordonnés » ayant permis « l’une des opérations de sauvetage les plus importantes de ces dernières années ».

– « Maintenant, c’est la fête! » –

Leurs proches ont manifesté leur joie, soulagés après que les espoirs précédents d’atteindre ces hommes avaient été anéantis à plusieurs reprises par des chutes de débris et la panne de plusieurs machines de forage.

« Nous remercions Dieu et les sauveteurs qui ont travaillé dur pour les sauver », a dit à l’AFP Naiyer Ahmad, dont le jeune frère Sabah Ahmad faisait partie des ouvriers et qui campait sur le site dans un froid glacial depuis plus de deux semaines.

Sudhansu Shah, qui attendait aussi sur place la sortie de son frère cadet Sonu Shah, a confié que lui et les siens avaient commencé à fêter la fin de son calvaire. « Nous sommes vraiment pleins d’espoir et heureux ».

« Nous sommes extrêmement heureux, aucun mot ne peut l’exprimer », s’est pour sa part exclamée, jointe au téléphone dans l’Etat du Bihar par l’AFP, Musarrat Jahan, l’épouse de l’un des hommes secourus.

« Non seulement mon mari a eu une nouvelle vie mais, nous aussi, nous avons eu une nouvelle vie. Nous ne l’oublierons jamais ».

Leur « courage et leur patience inspirent tout le monde », a réagi dans un communiqué le Premier ministre indien Narendra Modi, parlant des 41 rescapés.

« La patience, le travail acharné et la foi ont gagné », a quant à lui lâché le chef du gouvernement de l’État de l’Uttarakhand, Pushkar Singh Dhami, évoquant « les prières de dizaines de millions de compatriotes et le travail inlassable de toutes les équipes de secours ».

L’état de santé des ouvriers sauvés est « bon », a-t-il ajouté.

Guriya Devi, l’épouse de l’un d’eux, Sushil Kumar, a raconté qu’elle priait depuis l’effondrement du tunnel.

« Nous avons traversé des moments horribles et, parfois, nous avons perdu espoir mais, en fin de compte, le moment est venu de faire la fête », a-t-elle encore dit.

– Un travail titanesque –

Des équipes de trois personnes se sont relayées pour creuser et insérer les dernières parties du tube d’acier, juste assez large pour laisser passer un homme et permettre l’évacuation des ouvriers.

Quand l’un des secouristes creusait, un deuxième évacuait les débris à la main et le troisième les plaçait dans un chariot rejoignant la sortie, a expliqué mardi Rajput Rai, un expert du forage, cité par l’agence Press Trust of India.

Les hommes devaient aussi découper un enchevêtrement de tiges métalliques qui faisait obstacle à leur progression.

A la suite de l’effondrement du tunnel, les opérations de sauvetage ont été compliquées et ralenties par les chutes de débris et des pannes successives des foreuses, des engins cruciaux pour secourir les ouvriers.

Un autre forage vertical avait aussi été entamé du sommet de la colline boisée surplombant le tunnel, une manoeuvre complexe au-dessus des hommes dans une zone qui avait déjà subi un effondrement.

Les hommes survivaient depuis plus de deux semaines grâce à l’acheminement d’air, de nourriture, d’eau et d’électricité via un conduit par lequel une caméra endoscopique avait été introduite. Cette caméra a permis à leurs familles de les voir la semaine dernière, pour la première fois.

Le milliardaire indien Anand Mahindra a rendu hommage aux hommes qui se sont faufilés dans l’étroit tuyau d’acier pour dégager manuellement les roches. « C’est un rappel réconfortant du fait qu’en fin de compte, l’héroïsme est le plus souvent une affaire d’efforts et de sacrifices individuels », a-t-il écrit sur le réseau social X.

Les ouvriers ont été pris au piège dans une zone située à l’intérieur du tunnel mesurant 8,5 mètres de haut sur quelque deux kilomètres de long.

Le tunnel de Silkyara s’inscrit dans le cadre du projet autoroutier Char Dham, cher à Narendra Modi, conçu pour améliorer les liaisons avec quatre sites hindous parmi les plus importants du pays et aussi avec les régions frontalières de la Chine.

Hierdie artikel het eerste verskyn op https://actu.orange.fr/monde/inde-les-41-ouvriers-pieges-dans-le-tunnel-de-silkyara-sauves-au-bout-de-17-jours-CNT0000029GhdN.html


.